Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère (Exode 23:19 & 34:26, Deutéronome 14:21)

Cette parole de Dieu est importante, dans le sens où il est vital que les êtres de foi comprennent que tout nourriture, même celle dite chrétienne, ne produit pas forcément la Vie éternelle : ce qui nous a nourri peut être ce qui détruira Christ en nous
En quoi le "lait" détruirait-il Christ en nous ? dans la Bible, le lait est l'enseignement que reçoit l'être qui vient de s'ouvrir à la foi :

« désirez ardemment, comme des enfants nouveau-nés, le pur lait » (1 Pierre 2:2)

Ce lait que nous avons bu à nos débuts, ne doit pas être celui qui nous guidera tout au long de notre vie : un autre lait, celui du Saint-Esprit, nous guidera
Le danger consiste donc à prendre notre enseignement de base pour une fin en soi, pour un acquis définitif (dogme), à nous enfermer dans des vérités figées (idoles), à rester charnels, alors que la foi est une marche avec Christ, elle est vivante, a pour but de nous mener à la Jérusalem Céleste (*)

« Je vous ai donné du lait à boire, non pas de la viande, car vous ne pouviez pas encore [la supporter], et même maintenant encore vous ne le pouvez pas, car vous êtes encore charnels » (1 Corinthiens 3:2)

En effet, celle qui nous nourrit de ce lait, notre mère (**), ne nous donne ce lait que dans le but de nous voir croître, évoluer (***), être métamorphosés en fil(le)s de Dieu, et non pas pour nous voir en rester au lait :

« car quiconque use de lait est inexpérimenté dans la parole de la justice, car il est un petit enfant » (Hébreux 5:13)

Lors donc de notre purification par le feu (qu'est notre vie de tous les jours sur cette terre), ce n'est pas par le lait pour nourrisson que nous serons menés au but (la viande qui cuit est "nourrie" par le lait), car l'enseignement du lait maternel est non mature, et l'enseignement qui stagne dans ses principes de base non métamorphosés mène aux systèmes religieux, aux sectes, à la perdition

« Car lorsque vous devriez être à votre tour des enseignants, vous avez de nouveau besoin qu'on vous enseigne quels sont les premiers rudiments des paroles de Dieu, et vous êtes devenus tels, que vous avez besoin de lait et non de nourriture solide » (Hébreux 5:12)

Ce qui nous nourrira, c'est la Saint-Esprit, qui nous apprend à lire la Bible, à lire les événements, à lire les coeurs

« C'est pourquoi, laissant la parole du principe du Christ, avançons vers l'état d'hommes faits » (Hébreux 6:1)

Il est donc vital de ne pas en rester à des nourritures spirituelles figées, voire même psychiques, qui peuvent conduire à notre mort spirituelle
Ce ne sont pas, en effet, ces nourritures de base qui nous ferons tenir ferme dans les circonstances de la vie, lorsque nous aurons à passer à travers le feu de la purification, mais les nourritures solides, celles des écritures éclairées par le Saint-Esprit

Ce dont on s'est nourrit peut détruire Christ en nous

Ces nourritures figées, prises pour des vérités définitives, qui tuent Christ en nous, ce sont :
 
  • la loi prise à la lettre, qui tue
  • les principes du salut traduits en dogmes, qui rendent religieux, sectaire
  • la théologie prise comme but en soi, qui devient non christocentrique
  • la foi sans les oeuvres, qui mène au mysticisme ou à l'injustice
  • l'importance donnée aux oeuvres, qui deviennent oeuvres qui sauvent, qui mènent à la religion sans foi
  • l'attachement exagéré à des personnes spirituelles, qui mène à l'idolâtrie
  • l'amour sans discernement, qui mène au sentimentalisme ou à la débauche
  • l'attachement immodéré aux manifestations surnaturelles, qui mène à la superstition et à la magie
  • etc. (****)

Dans la Bible, toutes ces nourritures non métamorphosées produisent les animaux immangeables, les animaux impurs, ceux qui ne ruminent pas (n'assimilent pas la Parole qu'est Christ) et n'ont pas le sabot fendu, donc ne marchent pas avec le Christ de Justice (justice = amour + vérité, les deux parties du sabot fendu) : la chaîne alimentaire spirituelle est polluée dès le premier maillon

Christ peut être mangé et bu (Cène)
Hors, nous sommes appelés à être comme Christ (les autres doivent avoir accès à Dieu à travers nous)
Mais bien que purs (le chevreau est pur, il rumine et a le sabot fendu), nous risquons gros à continuer à mariner dans le lait maternel, à ne pas vouloir marcher avec Christ vers le but que Dieu nous a assigné avant même le début des temps : nous risquons d'être immangeables, imbuvables

La nourriture de Vie

Soyons donc le chevreau de notre verset, animal pur (il rumine et a le sabot fendu), mais non cuit dans le lait de sa mère, afin qu'à travers nous on puisse se nourrir de Dieu, comme on se nourrit de Dieu en Christ :

  • Soyons UN avec le Verbe qu'est Christ, nourriture qui fait vivre!
  • Nourrissons les autres de la manne : celui qui en a peu en a suffisamment, et celui qui en a beaucoup n'en a pas trop
  • Soyons UN avec le pain qui descend du Ciel
  • Nourrissons-nous du corps et du Sang de Christ (Cène)
  • Prenons le pain sur-substantiel du Notre Père
  • Laissons-nous habiter par l'Esprit de Dieu
  • Laissons Christ vivre en nous
  • Soyons UN avec Dieu Lui-même
Étant nourris de Christ, via l'Esprit de Dieu, nous n'en sommes plus au lait maternel, ce n'est pas ce lait qui nous aidera à travers le feu de la purification, mais Dieu Lui-même, et alors nous serons spirituellement comestibles, mangeables, buvables

Le contexte des citations de ce texte

Ce texte est cité 3 fois dans la Bible, et à chaque fois à des endroits-clé, en des moments fondamentaux pour la foi :
En Exode 23, il est cité juste avant l'ange qui ouvre le chemin : nous bouchons notre chemin vers la Jérusalem Céleste si nous décidons d'en rester aux rudiments de l'enseignement spirituel chrétien (Héb 5:12)
En Exode 34, il est cité juste avant que Dieu ne demande d'écrire la Bible : la Bible nous guidera jusqu'au but, il est donc important de la comprendre spirituellement, et non pas seulement littéralement
En Deutéronome, il est cité juste après nous avoir dit que nous sommes un peuple saint : nous avons à nous approprier ce que Dieu, en Christ, a acquis pour nous, et non pas à nous contenter d'une médiocre religiosité

« Si quelqu'un a des oreilles, qu'il écoute ! » (Apocalypse 13:9)


(*) à ce sujet vous lirez avec profit "Le voyage du pèlerin" de Bunyan
(**) notre mère : l'Église, l'Église des sauvés (dont seul Dieu connaît les membres), qui nous transmet l'enseignement de base
Puis vient le Saint-Esprit, qui nous enseigne directement (Jean 6:45)
(***) vous direz peut-être : "Dieu est le même, hier, aujourd'hui, éternellement"
en effet : hier Il était créateur, donc aujourd'hui aussi, et demain encore
s'Il est créateur en tout temps, Il ne cesse de créer, car Il est toujours le même, Il ne change pas, Il sera donc toujours créateur, et par conséquent nous sommes constamment créés par Dieu, de notre engendrement d'en-haut jusqu'à notre mort physique qui est métamorphose vers une vie d'une autre dimension
(****) en plus de ces nourritures spirituelles, il y a les nourritures psychiques, qui peuvent être séduisantes au premier abord :
  • les philosophies axées sur l'homme, qui peuvent devenir nihilistes
  • la culture, qui peut devenir culture de la mort
  • l'admiration, qui peut devenir culte de la personnalité
  • le goût des bonnes choses, qui peur devenir culte du plaisir et de l'argent
  • l'amour de la nature, qui peut devenir culte de la création
  • l'intellectualisme, qui peut devenir rationalisme aveugle (culte de la science qui sauve)
  • etc.