ÿ ೜˔

Christ ou la religion ?

Tout est accompli (Jean 19:30) 

  • Qui a vaincu la chair, Christ ou la religion ?
     
  • Qui a vaincu le monde, Christ ou la religion ?
     
  • Qui a vaincu Satan, Christ ou la religion ?
     
  • Qui me sauve, Christ ou la religion ?
     
  • Qui me sanctifie, Christ ou la religion ?
     
  • Qui est Seigneur, Christ ou la religion ?
     
  • Qui règne, Christ ou la religion ?

Dieu est un, et le médiateur entre Dieu et les hommes est un, [l']homme Christ Jésus (1 Timothée 2:5)

Il n'y a de salut en aucun autre - car aussi il n'y a point d'autre nom sous le ciel, qui soit donné parmi les hommes, par lequel il nous faille être sauvés (Actes des Apôtres 4:12)

Personne ne peut poser d'autre fondement que celui qui est posé : Jésus Christ (1 Corinthiens 3:11)

Nul ne vient au Père que par Moi (Jean 14:6)

Il ne faut pas confondre foi et religion
La foi est relation avec Dieu, qui est amour.
La religion est un système issu de la chair.

Ce sont des religieux qui ont fait crucifier Jésus, homme de foi, et non pas de religion - mais... ceux qui se battent contre des religions montrent qu'ils sont de même nature que ce qu'ils combattent, qu'ils vivent du vieil homme, donc crucifient le nouvel homme (Christ), alors que c'est le vieil homme (Adam) qui doit être crucifié, lorsqu'on veut vivre du nouvel homme (Relisez Romains).

Combattre l'esprit religieux, oui - combattre des religions, non.

Par exemple, les 2 bêtes du livre de l'Apocalypse représentent entre autres l'alliance du politique et du religieux, ce que l'on appelle traditionnellement le césaro-papisme (c'est plus généralement l'alliance du religieux avec tout ce qui est du monde, de la chair et du diable - ce que la Bible appelle prostitution - et qui est divorce/apostasie d'avec Dieu).

Le rôle du chrétien n'est pas d'être opposé à ce système, mais d'être hors de ce système: "rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu".

D'autre part, la peur d'un système religieux, quel qu'il soit, ne procède pas de la foi, car la foi procède de l'amour de Dieu, et l'amour bannit la peur (II Tim 1:7, I Jean 4:18).

Nous n'avons donc ni à avoir peur, ni à combattre un système religieux sur le terrain humain: le combat est spirituel - il se passe dans le ciel.

Autre exemple: en Ephésiens 5:27, Paul ne parle pas d'Église irréprochable, mais d'Église sans reproche - à savoir: Dieu ne lui fait pas de reproche, car elle est sous le Sang de Jésus. Elle est sainte, à savoir: hors du monde (Église signifie appelé hors de). Tous les convertis qui sont "hors de" sont de l'Église, même s'ils ne vont pas au culte. On peut même dire que ceux qui sont hors de l'Église officielle - qui est du monde - font partie de la véritable Église.
Une distinction utile entre la religion et l'évangile
Un roi part en guerre pour défendre son territoire. Si le roi défait l'armée adverse, il envoie des messagers pour annoncer la bonne nouvelle dans les villes et les villages. A travers tout le pays, la bonne nouvelle se répand joyeusement : c'est fini, la bataille est gagnée !

Mais, si le roi perd le combat, il envoie en urgence ses généraux dans les villes et les villages pour préparer le peuple à se battre. La bataille du roi a été perdue. Maintenant, le peuple va devoir lui-même combattre pour sauver sa vie.

Lloyd Jones déclare ensuite que toutes les religions envoient des généraux. Toutes les autres religions enseignent que si on veut être sauvé, on doit se battre pour sa vie. Toutes les autres religions promettent salut, nirvana, bénédictions ou illumination dans la mesure où l'on croit, obéit et accomplit les rites, respecte les règles, la méthodologie ou les traditions de cette religion. Mais ce n'est pas l'évangile.
L'évangile est une bonne nouvelle. C'est la bonne nouvelle que la victoire est déjà là ! Le roi a déjà gagné la guerre pour son peuple. Bien qu'il n'ait pas levé le petit doigt pour vaincre l'ennemi, le peuple récolte la récompense du courage, du risque et de l'habilité du roi.

L'évangile, ce n'est pas des conseils mais une nouvelle. Ce n'est pas des conseils : « 10 règles à respecter pour aller au ciel » ou « 5 traditions à mettre en pratique pour obtenir des bénédictions » mais c'est l'annonce de la victoire du roi Jésus qu'on peut recevoir, croire et célébrer ! Jésus est mort sur une croix à notre place pour détruire ce qui nous tenait loin de Dieu, notre ennemi, le péché afin que nous puissions jouir d'une relation intime, profonde et éternelle avec lui.

C'est l'évangile !
Croyance ou foi ?
L'étude sur le fonctionnement du cerveau montre qu'il existe une lutte perpétuelle entre les observations objectives que nous nous efforçons de faire et tout un ensemble d'habitudes, de préjugés, de croyances, qui nous inclinent à nous représenter les choses sous un jour tout autre que ce qu'elles sont en réalité.

Par exemple, tout fidèle d'une religion élude ce qui remet en cause sa croyance, pour ne voir que ce qui est propre à la renforcer.

Les publicitaires ont compris les premiers à quel point il était aisé de tromper le cerveau du consommateur en associant les produits à vendre avec des représentations et symboles agréables pouvant n'avoir aucune espèce de rapport avec lui.

Des expériences montrent que notre jugement sur une personne ou une chose peut varier du tout au tout selon qu'elle nous a d'abord été présentée sous un jour favorable ou défavorable : un même vin donne une sensation de plaisir plus intense, par exemple, lorsqu'il est associé à un prix plus élevé.

Placé devant une contradiction insoluble et désagréable, notre cerveau génère spontanément, et à notre plus complet insu, des chaînes d'arguments souvent invraisemblables, que nous acceptons cependant sans la moindre discussion dès lors qu'elles parviennent au résultat voulu, qui est de nous réassurer dans notre structure mentale habituelle (agoravox).

On retrouve ce phénomène en science, où nous avons tendance à croire que nous sommes des observateurs extérieurs au monde observé, alors que nous en faisons partie. Nous croyons expliquer la réalité, ce qui nous rassure, alors que nous ne faisons qu'expliquer comment l'être humain voit la réalité.

Les théories du complot, ou conspirationnisme, relèvent aussi de ce phénomène.

Pour revenir à la religion, combien se bouchent les oreilles et se voilent les yeux lorsqu'un scandale entache celle à laquelle ils adhèrent ? Combien tiennent mordicus à des idées non bibliques, mais qu'ils affirment être bibliques ?

Combien ont besoin de se rassurer, en se basant non sur une relation avec Dieu - la foi - mais sur une croyance - la religion - ?

La Bible affirme que l'amour chasse la crainte (II Tim 1:7, I Jean 4:18) : alors, pourquoi cette crainte, qui pousse à se rassurer, et par conséquent à se réfugier dans des croyances ?

L'être humain se crée une religion pour fuir (le vrai) Dieu

La religion dit : Apportons notre religion aux hommes!
La foi dit : Je te présente ton Sauveur

La religion dit : Je fais le bien pour être sauvé
La foi dit : Je fais le bien parce que je suis sauvé

La religion dit : Je fais tout ce que je peux pour que Dieu m'aime
La foi dit : Je fais tout ce que je peux parce que Dieu m'aime
Tu as une religion... mais as-tu Christ en toi ?
Être chrétien, c'est de la religion.
Être en étroite relation avec Christ, c'est de la foi.
La vie est relation : Christ est LA Vie.
 
A quoi bon "suivre la religion" si on n'a pas en nous ce qui en fait la force, à savoir : Christ en nous ?

La foi c'est plus qu'une connaissance.
La foi c'est plus qu'une croyance.
La foi c'est plus qu'une confiance.
La foi c'est plus que croire qu'il y a un Dieu.

La foi est relation avec Dieu, par Christ qui vit en nous par Son Esprit.
Que faire ? mettre sa foi en oeuvre, et demander.